Envie de participer ?
UT4M Challenge 80

 

UT4M Challenge 80 ou comment faire 80km - 5800m D+ et 5100m D- en 4 étapes !
Passées les étapes de logistique (qui emmène les pâtes ? la sauce ? le café ? ...), nous voici dans le TGV qui nous emmène à Grenoble où toute l’équipe SOH se forme. Direction le retrait des dossards, où nous présentons notre multipass, sésame pour avoir le droit d'arpenter les sentiers. Quelques goodies et un test antigénique plus loin (on ne citera pas de nom), direction l'hôtel où nous prenons possession des lieux. Rdv est fixé à 18h pour écouter le briefing de course qui se fait via un live, écouter les derniers encouragements à distance du coach Bruno et échanger mille fois sur la tenue à adopter en fonction de la météo ! Il va falloir bien préparer le sac : pantalon, veste étanche, manches longues, pompotes, eau, … pfiou c’est un sac de rando qu’il me faut ! Attention à ne rien oublier car l’organisation fait un contrôle des sacs pour rentrer dans le sas de départ. Météo prévue…c’est la cata !


Jeudi matin – étape 1 – Massif du Vercors – 19,4km – 1 700m D+ - 600m D- : C'est le matin du 1er jour, Nico est déjà parti pour son 40km, les coureurs du 20km nous donnons rdv pour partir ensemble de l’hôtel, il ne pleut pas trop (enfin pas encore trop...), La pression monte mais j'ai un dossard sur moi et ça vaut de l'or ! J’ai la chair de poule à l’idée de passer la ligne de départ, après les 12 semaines de prépa, je veux aller au bout sans souffrir, c’est mon objectif annoncé… 5, 4, 3, 2, 1 c'est parti pour la vague 1 (il y en a 3) !!!!! Petit tour de piste dans les rues autour du parc à Seyssins et nous voilà dans la 1ere montée qui fera 1700m (bah oui à la montagne ça monte beaucoup et ensuite ça descend beaucoup)... Ça change des côtes de Saint Cucufa. Ça monte encore et encore… j’essaye de gérer pour ne pas me fatiguer trop car il reste 3 étapes à faire. Avant le ravito nous avons le droit d'emprunter les escaliers qui montent vers le tremplin olympique de saut à ski des JO de 1968. Au ravito je retrouve le team assistance composée de Nadeige, Edith, Mina, Zak et Sylvie. Je me dis qu'ils doivent avoir bien froid sous la pluie (car oui il pleut depuis le départ...), Je leur fais un rapide coucou et je repars pour finir la montée trèèèèssss boueuse avant d'entamer la descente. Et c'est là que je double le grand Bruno, yeah (et de 1 !) ! A l’arrivée, je retrouve SebSeb et Nikos avec qui nous allons prendre la navette pour rentrer à l’hôtel car il fait froid. Petit apéro de debrief avec la team SOH et notre chambrée repart vers la préparation du sac et de la plâtrée de pâtes.

Vendredi matin – étape 2 – Massif du Taillefer – 24,5km – 1600m D+ - 2400m D- : Je me lève et je suis barbouillée. Je n’en parle pas mais je me demande comment je vais faire pour courir...départ donné, plus on monte, moins on voit… chacun prend son rythme dans la montée. Je retrouve des coureurs de la veille, on échange, on papote, il y a un esprit de partage, c’est très agréable. Purée que ça grimpe !! Je vis un enfer… je sais qu’il faut que je mange, mais je n’y arrive pas. Je me force à manger une gorgée de compotes pour voir comment le corps réagit…pas top. Au sommet, il y a un vent de fou, tout le monde remet des manches longues. Je ne perds pas de temps et j’entame la descente, un pied au sec, un pied dans l’eau, ça alterne. Juste avant le ravito, je vois Arnaud qui m’encourage et cours un peu avec moi, ça me fait du bien. Au ravito, je parle à Nadeige qui me propose quelque chose contre les nausées mais je n’ose pas accepter car je ne sais pas comment mon corps va réagir…alors je repars de nouveau, toujours en mode commando (ça c’est quand la tête commande). Le temps se dégage un peu, et nous permet d’apercevoir des petits lacs, c’est superbe ! Avant la fin de la dernière montée, j’aperçois le grand Bruno, eh eh eh ! Ma tête ne fait qu’un tour dans la basket, j’avance pour gagner du terrain. Les 2400m de dénivelé négatif sont assez techniques, j’essaye d’appeler Bruno pour savoir comment il va mais il ne me répond pas. Au dernier appel, il se retourne, me voit, me fait un grand sourire, et je le vois partir limite en sprint pour que je ne le rattrape pas ! Je le vois glisser, râler tout fort dans la forêt, je vois qu’il galère. J’arrive à doubler Bruno (et de 2 !) et je continue à descendre en perdant petit à petit mes quadris qui faiblissent au fur et à mesure des mètres descendus. Je prierais presque pour qu’une petite côte se présente 😊. En passant la ligne d’arrivée c’est la délivrance après 4h47 d’enfer au niveau des sensations. Je retrouve Rachid, Mina, Philippo, Nikos, c’est chouette de papoter un peu et on peut assister au podium de Rachid qui finit 3ème de sa course, au top le SOH !!!!!!!!!!!!!!!!!! et cha ch'est chouette !

Le soir chacun partage sa journée autour d’un apéro avant de repartir sur les préparatifs de la 3eme étape. Notre bienfaiteur de chambrée nous fait même des crêpes pour le repas du soir, car il sent bien que les pates ne vont pas passer et qu’il faut que Stéphanie et moi prenions des forces. Merci Arnaud pour ce repas doudou réconfort !

Samedi matin – étape 3 – Massif de Belledonne – 19,7km – 1900m D+ - 800m D- : Au matin du 3ème jour, on sait en fait que ce sera une double journée car la 4ème étape part à minuit ! Le temps est meilleur, on a tous le sourire, la fatigue aide peut-être à ne plus se rendre compte qu’on est complètement dingo ! C’est parti pour 3 km de faux plat montant et on enchaîne par le « cavée » J’entends tout le monde parler du cavée depuis ce matin, je me dis que ça doit être le point haut ! Sebseb se met devant moi dans la montée, et il me parle du cavée. Je lui demande où c’est ? Et là il me répond « ben c’est K-V le kilomètre vertical !! » oh là, je me dis que mon cerveau est atteint, je me marre toute seule de ma bêtise !! Je dis à Sebseb de partir car il me dit de le suivre et ça me met la pression. Cette montée est interminable ! 1000m de D+ concentrés sur 3km, ça chauffe les jambes et le cardio !!!! Arrivée en haut, je déroule un peu les jambes, que ça fait du bien, et oups au passage je double le grand Bruno (et de 3!). Au 2éme ravito, je vois Arnaud et Zak qui m’encouragent. Arnaud reste à côté de moi et Zak remonte voir la troupe des supporters SOH. Il y a du brouillard on ne voit pas à 10m alors difficile de se rendre compte de la distance qui reste au sommet et donc au ravito. Je parle un peu avec Nadeige, et j’arrive ensuite vers le sommet où tout le monde sait que je m’appelle Carole 😊 Merci les trailers ! Arnaud me sert un verre de coca, et je repars direct. Ensuite il n’y a que de la descente, ça fait du bien…. même si les quadris sont fragiles depuis hier. J’arrive à me perdre malgré un super balisage, ce qui me fait perdre du temps pour revenir en arrière. Quand j’arrive à l’endroit où j’ai pris la mauvaise direction, qui je vois ? le grand Bruno qui passe ! Petite montée de nouveau, je le laisse devant et ensuite descente, je sais que je vais le doubler (et de 4 !). L’arrivée est dans la station de Chamrousse, mais on ne voit rien malheureusement . Comme la prochaine étape est à minuit, je reprends directement la navette pour retourner à Grenoble.

Je suis KO car je n’ai pas encore beaucoup mangé, j’essaye de faire une mini sieste avant de reprendre la navette à 22h, pendant que d’autres prendront l’apéro pour recharger les batteries avant la prochaine course, c’est ça l’esprit trail !

Samedi minuit – étape 4 – Massif de la Chartreuse – 16,8km – 600m D+ - 1400m D- : C’est ma première course à la frontale. C’est la dernière étape. Je me fixe la stratégie de doubler dans la montée et ne pas me faire doubler dans la descente. Je veux tout donner ! Dommage qu’il fasse nuit, on a enfin une vue sur toute la vallée de Grenoble ! De nuit c’est superbe déjà, j’en profite ! Je vois quelques coureurs qui eux finissent leur 160km, je suis très admirative de leur performance, leur souhaite bon courage pour finir et les encourage ! Je kiffe cette étape car je déroule et me fais plaisir ! Les quelques derniers km, je commence à avoir la larme à l’œil, car je réalise que c’est bientôt fini. Mine de rien, l’UT4M on en parle depuis plus d’un an car la course a été annulée en 2020. Je réalise que tous les efforts fournis, les levers aux aurores, les km et le dénivelé parcourus pendant les 12 semaines de préparation m’ont permis de courir ces 4 jours sans (trop) souffrir et donc l’objectif est atteint ! Yes I dit it ! Je suis fière de moi en passant l'arche d'arrivée ! Les SOH qui arrivent restent attendre les suivants, nous nous coucherons vers 5h avec des étoiles dans les yeux.

PS : je n'aurais pas vu le grand Bruno de la course car il était occupé à illuminer Grenoble avec une magnifique et douloureuse ampoule sous le pied.

Dimanche : Juste avant de reprendre le TGV, nous allons attendre Nicolas qui finit son 4ème 40km… mais quel dingo ! Il y a une super ambiance à l’arrivée, des coureurs finissent leur 160km (partis vendredi 16h !!!), d’autres comme Nico leur 4x40km ou bien d’autres l’étape unique du 40km, mais tout le monde mérite des applaudissements, il y a un bel esprit de sport !

Quand Nico arrive, on est tous au taquet, on l’accompagne dans ces derniers mètres, c’est génial ! L’émotion est forte ! Avoir de nouveau connu des vibrations intenses de course, c’était magique ! C’était de nouveau un beau weekend de trail, il y en aura d’autres et ça c’est super motivant pour continuer ! En tout cas, je crois que nous étions tous très heureux d'accrocher un dossard, d'arpenter les montagnes, d'en baver, de prendre du plaisir et de se prouver qu'on est capable ! Alors bravo à nous !!!


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.